Billetterie Centre Culturel Coréen : Réservez votre billet

Conférence « La Corée par ses villes »

Conférence « La Corée par ses villes »

  • Ven. 24 nov. à 18 h 30
  • Centre Culturel Coréen - Paris

Vendredi 24 novembre 2017 à 18h 30 au Centre Culturel Coréen

Présentation : Valérie Gelézeau

Valérie Gelézeau, maîtresse de conférences à l’EHESS et géographe spécialiste des questions urbaines en Corée, présentera trois ouvrages récents de l’Atelier des Cahiers qui explorent la problématique des villes coréennes. Ces trois titres ont en commun de partir d’une analyse du phénomène urbain, par les films et documentaires (Urbanités coréennes), à partir d’un docu-fiction sur Séoul (Séoul, visages d’une ville) ou sous la forme d’un récit photographique sur Gyeongju (Les Couleurs des tumuli) pour dépasser l’urbain et explorer les relations de la ville avec les gens, la mémoire, la création et les arts. Une excellente occasion pour parler autrement de la Corée !

Urbanités coréennes (septembre 2017, sous la direction de V. Gelézeau et B. Joinau). Quelles questions la Corée soulève-t-elle sur l’essence de ce qui fait la ville ? En quoi l’histoire urbaine de Séoul nous instruit-elle sur notre propre conception de la modernité ? Pourquoi ne construirait-on pas des grands ensembles au cœur de la ville ? Que nous dit de la société coréenne l’esthétique des villes, des corps qui les habitent aux monuments qui les structurent ? Des méga-centres commerciaux aux espaces marginaux des jardins potagers, quels sont les nouveaux lieux de sociabilité des citadins ? Voilà quelques-unes des questions qui sont débattues à partir d’une douzaine de films et documentaires, où architectes, chercheurs et créateurs français et coréens ont interrogé les cultures urbaines en Corée, dans toute leur diversité.

Les Couleurs des tumuli (juin 2017) est un livre qui fait cohabiter deux récits – l’un photographique, l’autre textuel – qui se déroulent entre Paris et Gyeongju en Corée du Sud. La photographe Élisa Haberer est née à Gyeongju puis a été adoptée en France dès ses premiers mois. En 2014, elle y retourne pour la première fois. Partant de l’endroit où elle est née, elle décide d’explorer et de photographier Gyeongju. À partir d’un lieu qui lui est à la fois proche et étranger, elle part à la rencontre d’un quartier, d’une ville et de ses habitants. Au retour de son premier voyage en septembre 2014, elle débute une série d’entretiens sur ce projet avec Simon Hatab, dramaturge et auteur. Ce dialogue qui s’étend sur deux ans forme la matière d’un récit à mi-chemin entre le biographique, le carnet de voyage et le journal de création.

Séoul, visages d’une ville (octobre 2017) est un essai issu du documentaire de Gina Kim Faces of Seoul (2009, en anglais et coréen). Le dispositif est simple en apparence pour ce documentaire profond : la réalisatrice coréenne revient régulièrement à Séoul, qu’elle a quitté, pour voir sa famille, et à chaque retour, elle tourne des vidéos de ses promenades et rencontres, comme on tiendrait un journal intime. De cette masse d’images anodines et accidentelles, elle tire un montage vidéo sur lequel elle tisse un commentaire inspiré sur la ville. Son enquête dans cette ville à la fois familière et étrangère aboutit ainsi à une méditation sur le statut de la représentation et de l’art, le souvenir, l’identité, le rapport au père.

Projections de film d’animation - OSEAM (오세암)

Projections de film d’animation - OSEAM (오세암)

  • Ven. 8 déc. à 19 h
  • Centre Culturel Coréen - Paris

Vendredi 8 décembre 2017 à 19h / Centre Culturel

Livrés à eux-mêmes depuis la disparition de leur mère, Gamie, une jeune fille aveugle, et son petit frère Gil-Sun sont recueillis par un moine bouddhiste. Si la fillette trouve au temple une place en accord avec sa discrétion, Gil-Sun ne tarde pas à perturber, à la force de son enthousiasme enfantin, la tranquillité des lieux.

Le petit garçon ne comprend pas pourquoi sa mère rend visite à sa soeur dans ses rêves, mais ne vient jamais le voir, lui qui a pourtant les yeux grands ouverts. Pour la retrouver, il décide de suivre le moine dans un long voyage initiatique.